Livres / Pratiques funéraires

Pratiques funéraires

NOTE : (0 avis) Voir tous les avis
7.00 €
Quantité souhaitée ?
Ajouter au panier
Partager :

Fiche technique :

Auteur : Al Albanî

Edition : Al Madina

Format : 23 x 16 cm

Langue : Français


Description :

Les rites relatifs aux funérailles tel que laver le mort musulman, l’envelopper dans un linceul, prier sur lui et l'enterrer sont des pratiques auxquelles chacun de nous peut être confronté. D'où la nécessité de les apprendre, conformément aux enseignements prophétiques. 
Dans le présent livre, on a d'abord décrit les différentes étapes des funérailles, depuis le lavage du mort jusqu'à son enterrement, illustrées de photos explicatives. Cette méthodologie est suivie d'un exposé d'une quarantaine de fatwas de savants éminents. 
Enfin, l'ouvrage se termine par les deux-cent-quarante-et-une innovations énumérées par le shaykh AI-AIbani. 
Nous espérons que cette compilation d’opuscules majeurs en matière de funérailles sera bénéfique à nos lecteurs, leur apportera une science utile et les aidera à accomplir leurs obligations vis-à-vis de leurs proches ou de leurs frères en Islam en se conformant à la Sunna et en évitant toute innovation. 
Implorons ALLAH Le Tout Miséricordieux de pardonner tous les morts musulmans, de nous permettre de les rejoindre contrits et n'adorant aucune autre divinité à part Lui, et que Sa prière et Son salut soient sur notre Prophète (SAWS), sa famille et ses compagnons.

Complément :

A propos de l'auteur :

Son père Nouh Najeti qu'Allah lui fasse miséricorde était un cheikh dans le madhaab hanafite en Albanie puis a émigré à Damas en Syrie face aux conflits et troubles dans son pays à son époque.

Cheikh Al Albani termina son école primaire (Jam'yat al Is'af al Kheyr) puis son père lui enseigna à la maison avec son programme. Cheikh apprit le Coran par cœur, la langue arabe, la conjugaison et le fiqh du madhaab hanafite comme Moukhtaçar Al Qaddoury.
Il étudia aussi chez des savants de Damas le fiqh ou la grammaire comme cheikh Sa'id al Bourhany ou cheikh Muhammad Bahjat al Baitar.

Cheikh aimait beaucoup lire (roman, histoires arabes) et un jour il tomba sur une revue concernant la science du hadith qui se nommait "Al Manar" et un article de cheikh Muhammad rashid Reda qu'Allah lui fasse miséricorde, concernant le livre d'Al Hafidh al 'Iraqi qu'Allah lui fasse miséricorde, savant du hadith, se nommant " Al Moughni 'an haml al asfar fil asfar fi takhrij ma fil ihya minal akhbar, qui était un commentaire sur les hadith que rapporte Abu Hamid Al Ghazali qu'Allah lui fasse miséricorde dans son livre Ihya' uloum al din.

Il loua le livre d'Al Hafidh Al 'Iraqi faute de ne pouvoir l'acheter, il écrivit plus de 2000 feuilles entre le fait de recopier et d'annoter les termes qu'il ne comprenait pas, il avait 17 ans à cette époque. ceci fut le déclenchement de son Amour pour la science du hadith.

Cheikh fût menuisier puis horloger par le biais de l'apprentissage de son père. Il travailla avec son père puis ouvra sa propre boutique.

En même temps, il commença à fréquenter la bibliothèque de Damas "Al Maktaba Adhahirya" il y passait 12h par jour, tous les jours, il y étudiait, apprenait, recopiait, tellement son temps était consacré à cette grande bibliothèque les employés lui donnèrent les clefs de la bibliothèque et une pièce propre à lui. A la fin de sa vie, il y passa 18h par jour.

Cheikh fit da'wa partout en Syrie, il faisait 2 cours par semaine à Damas et 1 semaine par mois à travers la Syrie, il se déplaçait en mobylette ou moto et cheikh rapporte que cela lui valu un article dans un journal car cela était très atypique pour un savant. Cheikh enseignait Fath al Majid Charh Kitab,  Fiqh As sunna ou Al Ba'ith al Hathith Charh Ikhtissar 'uloum al Hadith et bien d'autres.

Il fût aussi professeur à l'université islamique de Medine dans la section du hadith de 1961-1963, il vécu tour à tour et en fonction des épreuves en Jordanie, au Liban et au Qatar.

Cheikh connut la prison durant 1 mois et une seconde fois durant 8 mois en Syrie du fait de sa dawah contre les adorateurs de tombe.

Parmi ses élèves nous pouvons noter des montagnes de science comme notre Cheikh Mouqbil, Cheikh Abdul Muhsin Al abbad ou Cheikh Rabi' ibn hadi Al Madkhali, qu'Allah leur fasse miséricorde.

Beaucoup de livres du cheikh sont tirés en faite de conférences.

Cheikh qu'Allah lui fasse miséricorde mourut à 'Amman en Jordanie en 1999.

Quelques traits de caractère du Cheikh:

- At tafsiyah wat tarbiyah:

Ils furent les deux points essentiels de la da'wa du cheikh, et vous trouverez parmi ses nombreux audios, ces deux termes apparaître sans cesse. Le Cheikh tachait d'épurer/purifier (at tafsiyah) la sunnah de ses innovations et des fausses croyances et de par son caractère et comportement (at tarbiyah), il tachait d'éduquer la nation musulmane et ce qu'il appelait l'éveil islamique.

Le cheikh était très proche de ses élèves, ce qui lui valu parfois des reproches car cela était atypique de la part d'un cheikh envers ses élèves.

Cheikh disait pour éduquer ses élèves :

"certes apprenez la science car la science est ce qui va dévoiler si cette parole que nous trouvons chez les gens (concernant la science) comportent de nombreuses erreurs."

"Pour cette raison, nous conseillons aux étudiants en science, et encore plus ceux qui sont en dessous, de ne pas plonger dans ces questions (religieuses) de cette manière, et qu'ils ne prennent pas position, sauf pour la vérité"

- Sa peur de l'ostentation:

Cheikh avait une grande peur de l'ostentation et il avait pour habitude de dire celui qui aime se montrer/celui qui aime la gloire, elle lui brisera le dos (* vous trouverez un audio qui relate cette parole). Il conseillait à chaque étudiant de patienter 10 ans/ 15 ans avant de publier un livre ou rendre un avis surtout dans la science du hadith.

Parmi d'autres exemples, il n'inscrivait jamais le mot "cheikh" devant son nom sur ses livres, dans une de ses conférences aux émirats, il avait repris le conférencier sur son éloge le concernant et lui disant qu'il n'était qu'un simple étudiant en science et invoqua Allah ta3aalaa avec cette invocation:

اللَّهمّ لا تُؤَاخِذْنِي بِمَا يَقُولُونَ وَ اجْعَلْنِي خَيْرًا مِمَّا يَظُنُّونَ، وَاغْفِرْ لِي مَا لا يَعْلَمُونَ

Ö Allah ne me saisi pas par ce qu'ils disent, et fais que je sois meilleur que ce qu'ils pensent de moi. Et pardonne moi pour ce qu'ils ne savent pas, (** vous trouverez ici l'audio et sa parole)

Un autre exemple est qu'il refusa à un étudiant qu'il l'avait invité, pour se rendre au Bangladesh dont celui-ci était originaire afin de donner une conférence devant des milliers d'élèves, tout cela par peur de l'ostentation.

Cheikh As Souheymi qu'Allah le préserve rapporte que Cheikh détestait qu'on lui embrasse le front et que l'on fasse du taqdis avec lui et que ceci était les signes du savant rabbani.

- Son amour de la nation musulmane:

Cheikh aimait sa communauté et nous pouvons ressentir cela à travers ses audios et ses différents comportements lors des épreuves de sa vie, il disait cheikh face à ses assaillants ou détracteurs concernant le verset d'Allah ta3aalaa dans une traduction relative et approchée:

"Par la sagesse et la bonne exhortation appelle (les gens) au sentier de ton Seigneur. Et discute avec eux de la meilleure
façon. Sourate 16 - An-Nahl : Les Abeilles, verset 125."

Cheikh disait en commentaire et conseil à ses frères:

"Et ceux qui ont le plus de droit sur nous, pour utiliser cette sagesse avec eux sont ceux qui sont les plus durs dans leur
conflit avec nous dans notre doctrine et notre croyance".